Santé : première édition de la Caravane Edith-Odimba

Santé : première édition de la Caravane Edith-Odimba

Éduquer et sensibiliser au moins 80% de la population congolaise sur les facteurs de risque des AVC d’ici fin 2018, tel a été l’objet de la conférence de presse organisée le 11 août à l’hôtel Olympic Palace sur le thème « Stop AVC ! »

Organisée par Michel Valentin Gbala Sapoulou et Célestin Victor Obabaka, en partenariat avec le ministère de la Santé et de la Population, la conférence de presse a réuni diverses personnalités, professionnels de la santé et journalistes, autour de l’annonce du cadre logique et du chronogramme du déroulement de la caravane de santé Édith—Odinmba (Elbo). Parmi les personnalités, Jeanne-Françoise Leckomba Loumeto-Pombo, ancienne ministre de la Promotion et de l’Intégration de la femme au développement, Gisèle Marie Gabrielle Ambiero Alliandzi, directrice du CHU, Francke Marie  Puruehnce, conseillère, chef de département de la Santé publique et de la Population auprès du président de la République et El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka, président du patronat du .

De 11 h à 13 h, les intervenants ont apporté des explications sur la tenue d’une telle initiative face à une épidémie d’AVC qui sévit au . En substance, ils ont expliqué qu’il s’agit d’un projet de campagne de sensibilisation, d’éducation, de communication et d’interventions de santé publique développé sur le modèle des caravanes VIH-sida, jadis organisées et mises en œuvre au Gabon par l’ancienne première dame entre 2004 et 2005.

Pour cette première édition de la Caravane Santé Édith—Odimba, de 2016 à 2018, expliquent les organisateurs, le groupe de maladies cibles visées est celui des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des maladies cardiovasculaires. Le terme générique adopté sera « Stop AVC ! », a-t-on appris. À travers ce périple sanitaire, les organisateurs entendent rendre un hommage déférent à Édith Odimba, aujourd’hui disparue, et ainsi poursuivre son combat pour l’amélioration de la santé et du bien-être engagé en faveur de ses concitoyens.

Autour d’échanges nourris avec les participants, les organisateurs ont affirmé être à l’écoute de toutes les propositions constructives concernant la réussite de la première édition. En ligne de mire, l’organisation d’un dépistage de masse  nécessitant de former les équipes spécialisées de prise en charge et d’assurer la prise en charge d’au moins 90% des cas dépistés de HTA et de diabète durant la campagne.

L’ancienne ministre de la Promotion de la femme a tenu à préciser que le dépistage et la prise en charge sont bel et bien le processus salutaire. « Mais, à destination de nos populations, l’éducation à l’hygiène alimentaire demeure la meilleure des pistes pour une meilleure santé pour tous », a-t-elle dit. Car « ce sont les comportements, a-t-elle poursuivi, qu’il faudrait tout d’abord changer !»

L’organisation pour la recherche de la paix mondiale est une organisation non-gouvernementale militante, pacifique, humanitaire, culturelle et sociale. Suivant ses statuts, elle œuvre pour la promotion de la non-violence, la paix mondiale et la défense des droits de l’homme par l’iranologie, les actions humanitaires et socio-culturelles.

Laisser un commentaire